La gastronomie est considérée, en Roumanie, comme un art

Voyage culinaire en Roumanie

Connaissez-vous la cuisine roumaine? Avez-vous la moindre idée de ce qu’on cuisine là-bas? Sachez tout d’abord que beaucoup de plats roumains (presque tous) sont accompagnés de mamaliga ou de mamaliga cu brânza (c’est la même chose mais avec du fromage). Voici donc quelques plats typiques de la Roumanie que vous ne devez surtout pas manquer si vous passez par là!

Il y a beaucoup d’influences étrangères qui ont modelé l’identité de la cuisine roumaine. Ainsi, le Grecs, les Turcs, les Russes, les Bulgares et les Hongrois ont contribué à l’élaboration des plats traditionnels roumains.

De culture paysanne, la cuisine roumaine est souvent rustique et consistante (porc, pomme de terre, crème, chou…), mais des efforts sont faits pour les invités. Les Roumains aiment le porc ainsi que le bœuf, le veau et le poulet.

Mais, comment les Roumains ont-ils réussi à garder ces recettes pendant millions d’années?

Pour eux, ces recettes sont sacrées; à toutes les fêtes, ils mangent toujours la même chose, on peut dire que les Roumains n’aiment pas essayer des nouvelles choses. Les femmes sont les personnes qui gardent ces recettes.

Pourquoi n’essayent-ils pas de nouvelles recettes?

C’est la question qui est posée par tous les étrangèrs. Je peux répondre simplement: quand on a de la nourriture aussi bonne, c’est logique que personne ne veuille la changer.

Les légumes

La cuisine familiale de Roumanie et de Moldavie reste proche de ses racines paysannes et elle est souvent rustique: pomme de terre, champignons, oignons, mamaliga, chou blanc et chou vert sont des ingrédients de base. En hiver, les légumes se font rares; on trouve essentiellement des racines (panais, persil tubéreux aux origines allemandes, patate douce, topinambours, betteraves, chou-rave); le navet est inconnu.

Les ménagères roumaines utilisent plusieurs techniques de conservation des légumes d’été comme

  • dans la saumure – le chou blanc est conservé dans une saumure. Ses feuilles sont utilisées pour les sarmale, où elles enveloppent un mélange de riz et de viande.
  • en conserve : zacuscă
  • dans le vinaigre : les murături… pastèque saumurée et cornichons «à la russe » sont servis froids en tant que légumes accompagnant les ragoût et la polenta locale (mamaliga).

Les viandes

Depuis la Libération de 1989, les Roumains/Moldaves sont redevenus, comme avant 1939, de grands consommateurs de viandes, alors qu’entre 1939 et 1989 ils étaient, bien malgré eux et par la force des choses, devenus presque végétariens (à l’exception notable de la nomenklatura, qui, avec sa parentèle, représentait tout de même environ un sixième de la population, et qui a perpétué pendant ce laps de temps les traditions culinaires). Poulet et dinde sont les seules volailles disponibles dans les commerces et sur les marchés. Le lapin et le canard sont rares. Le bœuf existe sous forme de génisse, et l’on trouve essentiellement des bas morceaux consommés en soupes et ragoûts.

Roberta

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *